Écrivez une lettre, changez une vie

Dans ce numéro du FIL, vous ferez la connaissance de 12 personnes et groupes très variés. Qu’est-ce qui les rapproche ? Une chose : il est bel et bien possible, dès aujourd’hui, d’avoir une influence positive sur le cours de leur vie.

En décembre, pour la 12e année consécutive, des femmes, des hommes et des enfants du monde entier se réuniront – dans des maisons de quartier, sur des places publiques, chez eux ou sur Internet – pour une activité très simple : écrire des lettres.

Nos messages – plus de 2,3 millions en 2013 – ont un pouvoir bien à eux. Imaginez : vous passez des jours, des mois, des années à vous dire que le monde vous a oublié. Et puis, soudain, des milliers de lettres arrivent : la preuve concrète que vous n’êtes pas seul. C’est ce qui est arrivé à Ales Bialiatski, au Bélarus, qui a été libéré plus tôt dans l’année (voir page 3).

Et c’est ce qui arrivera à un grand nombre d’autres personnes quand nous taillerons nos crayons ou nous mettrons à nos claviers pour la plus grande manifestation mondiale relative aux droits humains, Écrire pour les droits.

Rejoignez-nous ! Vous trouverez tout ce dont vous avez besoin pour y participer dans ce numéro spécial du FIL, le magazine mondial de campagne d’Amnesty.

Posted in Afrique du Sud, Arabie saoudite, Belarus, Chine, États-Unis, Grèce, Inde, Nigeria, Norvège, Ouzbékistan, Personnes en danger, Philippines, Venezuela | Leave a comment

Racisme, ségrégation et rejet : la réalité que vivent les enfants roms en République tchèque

La discrimination vis-à-vis des élèves roms au sein du système éducatif tchèque prend diverses formes. © Jiří Doležel

Par Nicolas Beger, directeur du Bureau des institutions européennes d’Amnesty International

Mes collègues m’ont récemment parlé d’une jeune fille nommée Jana*, qu’ils ont rencontrée. D’après son témoignage, ses camarades de classe l’appelaient « bouche noire », lui disaient qu’elle était « dégoûtante » et lui avaient un jour caché ses chaussures, la laissant pieds nus dans la neige. Lorsque sa famille a abordé cette situation avec l’école, rien n’a été fait. Lorsque le frère de Jana, Karol*, l’a défendue, il n’a pas été soutenu. D’autres élèves leur ont dit qu’ils étaient sales et sentaient mauvais. Lorsque les professeurs s’en sont rendu compte, ils ont dit à Jana et Karol qu’ils ne s’intégraient pas et leurs notes ont fortement baissé.

Cette histoire n’est pas un incident isolé de harcèlement scolaire, mais une injustice que vivent de nombreux enfants au quotidien. Il s’agit bel et bien de discrimination, subie par de nombreux enfants roms en République tchèque et ailleurs en Europe, à l’école, où ils sont pourtant censés être en sécurité et soutenus.

Lire la suite

Posted in Discrimination, Discrimination raciale, Enfants, République tchèque | Leave a comment

La réalité des droits humains derrière les beaux discours (Myanmar)

Un gardien ferme le portail menant à la prison d’Insein, au Myanmar, à la suite de la libération d’un prisonnier à Yangon (Rangoon), le 7 octobre 2014. © AFP/Getty Images

Par Laura Haigh, chercheuse/chargée de campagne sur le Myanmar à Amnesty International et Olof Blomqvist, attaché de presse Asie-Pacifique à Amnesty International.

Les autorités de Naypyidaw guident l’ancien État isolé et autoritaire vers une ouverture sur le monde – tout au moins, c’est ce qu’elles prétendent.

Cette semaine, le Myanmar est sous les projecteurs de l’actualité : les dirigeants du monde, notamment le président américain Barack Obama et son homologue chinois Xi Jinping, se rendent dans le pays pour assister à deux sommets régionaux majeurs, le sommet de l’Asie de l’Est et celui de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE).

Les dignitaires étrangers se réuniront à Naypyidaw, devenue la capitale du pays et le siège du gouvernement depuis que les dirigeants, alors militaires, l’ont transféré de Yangon en 2005. Quelle remarquable évolution pour un pays que la communauté internationale considérait, il y a encore trois ans, comme un paria, isolé politiquement et économiquement de la majeure partie du reste du monde. Depuis le début de la transition politique en 2011, le pays a été rapidement accepté sur la scène internationale. Cette semaine est l’occasion pour le Myanmar de montrer au monde qu’il est entré dans une nouvelle ère, notamment en matière de droits humains, et qu’il s’ouvre aux échanges.

Lire la suite

Posted in Censure et liberté d'expression, Détention, Discrimination, Groupes religieux, Liberté de la presse, Manifestations, Myanmar, Prisonniers d'opinion | Leave a comment

Là où la liberté d’expression est menacée (Myanmar)

A man reads a newspaper on his tri-shaw near a jetty in Yangon, Myanmar ©Soe Than WIN/AFP/Getty Images.

Un homme lit le journal sur son rickshaw près d’un embarcadère à Yangon (Rangoon), au Myanmar. ©Soe Than WIN/AFP/Getty Images.

Par Rupert Abbott, directeur des recherches pour l’Asie du Sud-Est à Amnesty International. @RupertBAbbott

Au mois d’avril cette année, les habitants du Myanmar ont acheté leurs journaux et… n’ont rien vu.

Ce jour-là, dans cette nation de l’Asie du Sud-Est, les unes étaient totalement noires, en guise de solidarité avec un journaliste qui faisait simplement son travail. Cette semaine, les dirigeants de la planète qui convergent vers la capitale Naypyidaw pour rencontrer leurs homologues régionaux dans le cadre de deux sommets majeurs seraient bien inspirés de se montrer tout aussi fermes sur la question de la liberté de la presse.

Ces pages noircies, initiative remarquable dans un pays où il y a tout juste quelques années le gouvernement militaire imposait son emprise à tous les médias, visaient à soutenir Zaw Pe, ce journaliste employé par le média indépendant Democratic Voice of Burma condamné à un an de prison. Son « crime » fut d’enquêter sur la corruption dans sa ville natale, sujet que les autorités ne souhaitaient manifestement pas voir apparaître au grand jour.

Lire la suite

Posted in Myanmar | Leave a comment

Torture, peur et anxiété : les lycéens kurdes libérés racontent leur détention par l’EI en Syrie

Dans la ville turque de Suruç, à 10 kilomètres seulement de Kobané, des réfugiés ont fait le récit à Amnesty International des épreuves traversées pendant leur détention par l’EI. © ARIS MESSINIS/AFP/Getty Images

Par Noor Al Bazzaz, membre de l’équipe Syrie d’Amnesty International

Cinq mois jour pour jour après avoir été enlevés par le groupe armé qui se fait appeler État islamique (EI), 25 lycéens de Kobané retenus en otage ont été remis en liberté le 29 octobre, de manière inespérée.

Ils étaient les derniers captifs d’un groupe de quelque 150 lycéens de la ville à majorité kurde du nord de la Syrie, en proie à d’intenses combats, qui avaient été enlevés en mai par l’EI. Le groupe armé avait intercepté à un poste de contrôle le bus qui les ramenait d’Alep, où ils venaient de passer leurs examens de fin d’année scolaire. Les jeunes avaient été remis en liberté par petits groupes au fil des mois suivants. Ceux avec qui nous nous sommes entretenus nous ont fait des récits effroyables sur la vie en captivité.

Dans la ville turque de Suruç, à 10 kilomètres seulement de Kobané, les réfugiés qui ont fui la ville assiégée m’ont expliqué que les épreuves traversées par les lycéens étaient celles que vivent les nombreuses personnes enlevées depuis le début du siège par le groupe armé, il y a un an et demi. Lire la suite

Posted in Détention, Détention illégale, Enfants, Réfugiés, Syrie, Torture et mauvais traitements | Tagged , , , , | Leave a comment